gb fr
For a Lady Pope

Pédophilie dans l'Eglise catholique. Les faits en bref

Les faits. En bref

C’est dès les années 1985 que le premier rapport, aux Etats Unis, rédigé par un prêtre, Th. P. Doyle, stigmatise une série de cas de pédophilie à la suite de plusieurs plaintes. Les évêques préfèrent agir seuls dans leur diocèse. Huit ans plus tard, une commission publie certaine règles pour la sélection des candidats à la prêtrise.

En 1995, quelques affaires éclatent en Europe. C’est le cas en Autriche, d’un cardinal soupçonné d’abus sexuels. Le cardinal Angelo Sodano, de la curie, s’oppose  à une enquête à son propos.

Dans les années 2000, les scandales surgissent dans de nombreux diocèses aux Etats-Unis, c’est le cas à Boston, en Oregon, à New-York. En décembre 2002, l’archevêque de Boston démissionne. Un véritable cataclysme. Un rapport (John Jay) dénombre près de 4.500 prêtres accusés d’abus sexuels à l’égard de mineurs durant les cinquante dernières années, soit 4% de l’ensemble du clergé. Le nombre de victimes est évalué à 11.000. On parle habituellement de pédophilie, mais il s’est souvent avéré que les prêtres abuseurs se sont pris à des jeunes garçons de 14 à 17 ans (c’est le cas aux Etats-Unis), cas relevant plus de l’éphébophilie que de la pédophilie.

Les indemnités se montent à 2 milliards de dollars, une réelle hémorragie financière pour l’Eglise catholique.

Récemment encore, en 2011, l'archidiocèse de Philadelphie a annoncé dans un communiqué avoir suspendu 21 prêtres soupçonnés d'actes pédophiles.

 Au Canada, ce sont des enfants Amérindiens qui auraient été abusés dans des pensionnats religieux. A la fin des années 2008, ce sont près de 79 millions de dollars canadiens qui sont versés aux victimes.

En Irlande, l’affaire des prêtres pédophiles prend des proportions alarmistes. Le rapport du juge Sean Ryan annonce que des milliers d’enfants ont subi des sévices. On atteint le nombre astronomique de 14.500 victimes, dont 12.500 seront indemnisées pour plus d’un milliard d’euros par l’Etat irlandais. L’Eglise sera appelée à contribuer à payer les dommages. En novembre 2009, le rapport de Mme Yvonne Murphy dénonce l’attitude des évêques qui ont couvert les abus commis par des prêtres. Il s’ensuit une série de démissions : l’évêque de Limerick, l’évêque de Cloyne, et un ancien évêque auxiliaire de Dublin. En mars 2010, six évêques présentent leur démission, le pape en accepte trois.

En Allemagne, les plaintes sont enregistrées et l’on évoque le nombre de 2.500 personnes abusées. Un fonds s’est constitué pour indemniser les victimes.

En Australie, 107 membres du clergé sont condamnés par la justice pour avoir commis des agressions sexuelles.

En France, une trentaine de prêtres ont été internés.

En Belgique, ce sont près de 500  victimes qui se sont déclarées auprès d’une commission. Treize personnes se seraient suicidées.

Aux Pays-Bas, au vu de nombreux cas qui avaient été rapportés, la Conférence des évêques a ouvert en mars 2010 une enquête indépendante pour vérifier combien d’enfants avaient été abusés sexuellement dans les écoles catholiques. La commission indépendante, présidée par Wim Deetman un ancien ministre de l'Education nationale, a révélé que « Sur la  base de 1.795 signalements, elle a pu trouver les noms de 800 auteurs d'abus sexuels qui travaillent ou ont travaillé pour les évêchés" et : "sur ces 800 personnes, au mois 105 sont encore en vie ». La commission a aussi révélé que plusieurs dizaines de milliers de mineurs ont été abusés (de l’ordre de 10 à 20.000) par les clercs entre les années 1945 et 2010.

Toujours aux Pays-Bas, le quotidien néerlandais NRC Handelsblad a annoncé en mars 2012 que L'Eglise catholique romaine aurait fait castrer plusieurs mineurs dans le courant des années '50. Le but était ainsi de "guérir" ces jeunes de leurs comportements homosexuels.

 

Il est vrai que la plupart des actes de pédophilie remontent aux années 1950-1980. Il n’empêche que de nombreuses vies ont été brisées.

Autres articles

Le christianisme est-il une religion de paix

L'article analyse les textes fondateurs du christianisme et l'histoire du christianisme, et recherche les causes de la violence survenue au cours des siècles.

synode 2014 sur la famille

Le Synode sur la famille n'a pas pris des positions très nouvelles sur le fond, même si la forme a changé: plus de considération vis-à-vis des marginalisés, et moins d'opprobre. le pape François n'a pas réussi le changement escompté.

L’Eglise est-elle capable de s’adapter aux idées de son temps

chacun est en droit de se poser la question de savoir si l’Eglise est capable de faire face aux changements des mentalités, et de changer ou de faire évoluer, partiellement du moins, sa doctrine

le pape François et les femmes

Quelle place le pape compte-t-il donner aux femmes dans l'Eglise? Après les discours, on attend des mesures concrètes.

Les cent jours du pape François

Quel premier bilan tirer après les cent jours du pape François?

Ce que la majorité des catholiques attendent du pape François

La majorité des catholiques attendent des réels changements de la doctrine de l'Eglise sur la contraception, sur les prêtres mariés, sur l'ordination des femmes, sur les divorcés remariés,...

Liens Sites Web

Les sites Web portant sur les changements demandés dans l'Eglise catholique sont principalement édités en langue anglaise. On a cependant ce site édité également en français.

Les apôtres étaient-ils mariés?

Les évangélistes, s’ils évoquent les noms des apôtres, ne parlent pour ainsi dire pas de leur famille. Il n’y avait pas intérêt d’ailleurs à préciser que tel ou tel apôtre était marié et à mentionner l’état civil de chacun. C’est d’ailleurs tout à fait incidemment que l’on apprend que Pierre (Simon) avait une belle-mère, non pas parce que cela aurait été insolite d’avoir une belle-mère quand on était disciple de Jésus, mais simplement parce qu’elle fut guérie par Jésus. Les trois évangélistes rapportent la même histoire, dans une section narrative racontant une série de miracles de Jésus. Si la belle-mère de Pierre n’avait pas eu de la fièvre, on aurait pu nous faire croire que tous les apôtres étaient célibataires. C’est inouï, mais c’est ainsi. On apprend aussi que Pierre avait une maison et qu’il n’avait donc pas tout quitté pour suivre Jésus.

La dispense de la loi du célibat

Au début du 20ème siècle, la règle voulait que la dispense de l’obligation du célibat n’était jamais accordée au prêtre catholique, sauf pour des cas individuels extrêmes. Le prêtre qui vivait une relation amoureuse avec une femme devait soit décider de rompre avec celle-ci, soit de vivre clandestinement son amour, soit de quitter l’Eglise. La pression sur l’homme était immense et la désapprobation quasi unanime. Quant à la femme elle se condamnait, dans la mesure où elle acceptait d’avoir une relation suivie avec un prêtre, à une vie cachée, et dans l’hypothèse où elle était enceinte sa situation devenait dramatique.

Des religieuses violées par des prêtres

Soeur Maura O’Donohue a rédigé en 1994 un dossier transmis au Vatican dans lequel elle faisait part du comportement de prêtres qui ont obligé des religieuses à avoir avec eux pendant des années des relations sexuelles. C’est à la fin des années 80, que soeur Maura O'Donohue, religieuse médecin, prit ses fonctions de coordinatrice pour le sida au sein du Fonds catholique de développement outre-mer, organisme britannique membre de la Confédération Caritas. Elle recueillit durant six ans des informations auprès de médecins, de missionnaires, de religieuses et de prêtres. Les découvertes qu’elle fit furent pour le moins ahurissantes.

Commentaires

You must be logged in to leave a reply. Login »