gb fr
For a Lady Pope

Résultats des sondages sur l’ordination des femmes

Le pourcentage de fidèles de l’Eglise catholique qui se sont prononcés en faveur de l’ordination des femmes augmente d’année en année.

Les fidèles ont manifestement pris leurs distances vis-à-vis de la hiérarchie catholique. Les chiffres sont éloquents. Reprenons quelques sondages qui ont paru au cours de ces dernières années

En Autiche, ce sont 72% des Autrichiens qui sont d’avis que les femmes puissent devenir prêtres.

En France une enquête a révélé, en 2002, que 81 % des catholiques français seraient favorables au mariage des prêtres (69 % pour les pratiquants réguliers), et que 79 % ne seraient pas opposés à l’ordination de femmes (63 % pour les pratiquants réguliers).

Chez les plus jeunes, deux récents sondages parus au Canada à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse ont indiqué que plus de 80 % des jeunes sont favorables à l’ordination de femmes.

Même au sein des prêtres, l’évolution est manifeste. Dans la région de Flandre, en Belgique, des prêtres ont été interrogés en 2010.  Ils sont 68,7% à penser que les femmes ne devraient plus être exclues de la prêtrise, contre 14% d'avis contraire et 17,3% qui ne se prononcent pas.

Il faut s’attendre à ce que dans quelques années, 85 % de la population des fidèles soient favorables à l’ordination des femmes.

La liberté de penser

Peut-on imaginer qu’un pourcentage aussi élevé de fidèles soit en faveur de l’ordination des femmes, un crime aussi grave, selon l’Eglise catholique, qu’un abus sexuel vis-à-vis d’un mineur ?

On perçoit dans la hiérarchie de l’Eglise les tentatives autoritaristes qui, pour inverser la vapeur,  veulent  culpabiliser (on parle de faute très grave pour toute tentative d’ordination de femme) tous ceux qui manifestent leur souhait de voir des femmes prêtres. Cette méthode coercitive est vouée à l’échec.

Dans ce domaine, qui relève d’une mesure doctrinale non fondée valablement sur les Ecritures, ne pas penser comme le Vatican ressort de la liberté de conscience de chacun.

Sachez (ceci s’adresse aux âmes perturbées) que jamais un fidèle catholique n’ira en enfer parce qu’il pense que la femme a le droit d’avoir accès à la prêtrise, et qu’il n’a pas à se confesser pour avoir eu cette idée monstrueuse. Qu’il soit persuadé aussi qu’il n’y a aucune mesure entre dire que l’on est favorable à la prêtrise des femmes et affirmer que l’on est favorable à la pédophilie, même si le Vatican taxe toute tentative d’ordination de femmes et tout acte de pédophilie dans le même document  (15 juillet 2010)comme étant des délits les plus graves.  

Autres articles

Le christianisme est-il une religion de paix

L'article analyse les textes fondateurs du christianisme et l'histoire du christianisme, et recherche les causes de la violence survenue au cours des siècles.

synode 2014 sur la famille

Le Synode sur la famille n'a pas pris des positions très nouvelles sur le fond, même si la forme a changé: plus de considération vis-à-vis des marginalisés, et moins d'opprobre. le pape François n'a pas réussi le changement escompté.

L’Eglise est-elle capable de s’adapter aux idées de son temps

chacun est en droit de se poser la question de savoir si l’Eglise est capable de faire face aux changements des mentalités, et de changer ou de faire évoluer, partiellement du moins, sa doctrine

le pape François et les femmes

Quelle place le pape compte-t-il donner aux femmes dans l'Eglise? Après les discours, on attend des mesures concrètes.

Les cent jours du pape François

Quel premier bilan tirer après les cent jours du pape François?

Ce que la majorité des catholiques attendent du pape François

La majorité des catholiques attendent des réels changements de la doctrine de l'Eglise sur la contraception, sur les prêtres mariés, sur l'ordination des femmes, sur les divorcés remariés,...

Liens Sites Web

Les sites Web portant sur les changements demandés dans l'Eglise catholique sont principalement édités en langue anglaise. On a cependant ce site édité également en français.

Les apôtres étaient-ils mariés?

Les évangélistes, s’ils évoquent les noms des apôtres, ne parlent pour ainsi dire pas de leur famille. Il n’y avait pas intérêt d’ailleurs à préciser que tel ou tel apôtre était marié et à mentionner l’état civil de chacun. C’est d’ailleurs tout à fait incidemment que l’on apprend que Pierre (Simon) avait une belle-mère, non pas parce que cela aurait été insolite d’avoir une belle-mère quand on était disciple de Jésus, mais simplement parce qu’elle fut guérie par Jésus. Les trois évangélistes rapportent la même histoire, dans une section narrative racontant une série de miracles de Jésus. Si la belle-mère de Pierre n’avait pas eu de la fièvre, on aurait pu nous faire croire que tous les apôtres étaient célibataires. C’est inouï, mais c’est ainsi. On apprend aussi que Pierre avait une maison et qu’il n’avait donc pas tout quitté pour suivre Jésus.

La dispense de la loi du célibat

Au début du 20ème siècle, la règle voulait que la dispense de l’obligation du célibat n’était jamais accordée au prêtre catholique, sauf pour des cas individuels extrêmes. Le prêtre qui vivait une relation amoureuse avec une femme devait soit décider de rompre avec celle-ci, soit de vivre clandestinement son amour, soit de quitter l’Eglise. La pression sur l’homme était immense et la désapprobation quasi unanime. Quant à la femme elle se condamnait, dans la mesure où elle acceptait d’avoir une relation suivie avec un prêtre, à une vie cachée, et dans l’hypothèse où elle était enceinte sa situation devenait dramatique.

Des religieuses violées par des prêtres

Soeur Maura O’Donohue a rédigé en 1994 un dossier transmis au Vatican dans lequel elle faisait part du comportement de prêtres qui ont obligé des religieuses à avoir avec eux pendant des années des relations sexuelles. C’est à la fin des années 80, que soeur Maura O'Donohue, religieuse médecin, prit ses fonctions de coordinatrice pour le sida au sein du Fonds catholique de développement outre-mer, organisme britannique membre de la Confédération Caritas. Elle recueillit durant six ans des informations auprès de médecins, de missionnaires, de religieuses et de prêtres. Les découvertes qu’elle fit furent pour le moins ahurissantes.

Commentaires

You must be logged in to leave a reply. Login »